Compte-rendus

Le remake de l’an passé. En pire…

Retour sur le premier match de championnat entre l’ASPAP et l’ASCAIR (photos en ligne).

Equipe réserve

Victoire par forfait

Equipe première

Défaite 2 – 0

Compo : Sangaré, Miguel, Olivier, David, Nathan, Gilles, Will, Thomas, Mathieu, Tom et Ismaël.

Sur le banc : Mike, Yohan et Hafid.

Cette première journée de championnat mettait aux prises les deux mêmes protagonistes que l’année dernière. C’était l’occasion pour nous d’effacer la déception de l’an passée dans un match où nous avions eu plusieurs occasions de buts franches sans pourvoir marquer. Longtemps, nous avons ressassé cette défaite. C’est pourquoi nous souhaitions conjurer le sort.
Au delà de ça, l’idée était de réaliser un bon match pour lancer notre saison.

Première mi-temps

Nous donnons le coup d’envoi du match. Notre début de partie est loupé. Au bout d’une minute de jeu, nous concédons un coup franc dangereux sur notre flanc gauche. Fort heureusement ce démarrage timide ne nous pénalise pas. Petit à petit nous parvenons à mettre du mouvement. Des décalages s’opèrent sur la gauche de notre attaque. Notre adversaire quant à lui s’appuie sur jeu long pour trouver de la profondeur dans le dos de nos défenseurs. Bien en place, nous veillons.
Sur une belle offensive, Mathieu parvient à contourner son vis à vis, se présente dans la surface et efface le dernier défenseur. Celui-ci le fauche. Le penalty est manifeste. L’arbitre ne bronche pas. Le banc adverse non plus. Trop content de cette mauvaise décision arbitrale. Pour ma part, je crie cette honte de ne pas siffler un croque en jambes apparent et sans équivoque.
Par Tom, qui ajuste mal sa frappe en se présentant dans les 16 mètres, ou encore Thomas, qui loupe sa tête dans un but ouvert, sur un corner délicieusement déposé, nous avons les opportunités de passer devant au tableau d’affichage. Il n’en sera rien.
ASCAIR souffre mais ne plie pas devant nos offensives. Cette équipe joue intelligemment, fait les fautes qui faut pour freiner le jeu. Je pense que face à une grosse cylindrée, les divers actes d’anti-jeu (tirages de maillot…) auraient été sanctionnés davantage.
La mi-temps se termine sur un score de parité.

La pause permet de mettre en avant les bonnes choses qui ont été effectuées tout en mettant en garde les esprits sur les faits de l’an passé. Il est précisé que les erreurs de l’an passé ne doivent pas être répétées. Il est recommandé de repartir en mettant de l’intensité et de l’application dans nos différentes phases de jeu.

2e mi-temps

Cette seconde mi-temps démarre comme la première : mal ; pire même. Manque de concentration, manque de qualité dans les transmissions, nous payons cash nos erreurs. Alors que nous avons la balle, nous trouvons le moyen de concéder un corner à l’adversaire. Bien tiré entre le point de penalty et nos six mètres, le cuir est repris de volée par le capitaine adverse. Inerte, pas au marquage, nous concédons l’ouverture du score sur la même phase de jeu que l’année dernière (un corner) (0 – 1). La différence se situe juste au niveau de l’erreur.
Deux minutes après l’engagement, sonnés, nous ne parvenons pas à reprendre le fil du match. Nous concédons sur une erreur de main dans la surface, un penalty dur à avaler.
L’attaquant de l’ASCAIR ne se fait prier pour creuser le score (0 – 2). Le match à peine repris depuis cinq minutes, que c’est une offrande que nous livrons à notre hôte du jour. Nous essayons de revenir dans le match avec les rentrées successives et rapides des trois remplaçants. Notre adversaire recule pour mieux nous contrer. Il s’en faut de peu pour encaisser un 3e but sur une mauvaise transmission. Heureusement, notre portier évite l’humiliation.

Bien qu’il y est plus de liens entre les lignes. Nous ne parvenons pas à nous mettre en position de réduire la marque. Pas une frappe, pas une occasion viendra mettre du baume au cœur de ce second acte catastrophique. Le match se conclue sur un goût amer.

Le jeu et les joueurs

Autant l’année dernière nous pouvions être déçu face à ASCAIR, autant cette année il n’y a rien à redire. Nous avons subi une défaite marquée du sceau de l’expérience, de l’intelligence tactique et d’une équipe qui a fait preuve de solidité et d’une solidarité sans faille. Diminués, sans équipe réserve, avec de gros problèmes internes, ils ont fait face. Bravo à eux d’avoir donné un exemple de courage et d’abnégation. Nous devrions en prendre de la graine.

Nous avons fourni deux mi-temps trop à l’opposée l’une de l’autre pour pouvoir rivaliser. Vous allez me dire, mais si on a joué à 2 – 0. On a fait des décalages… Combien d’occasions de buts ? Combien de tirs ? Zéro ! Cela ne sert à rien de produire du jeu pour autant d’inefficacité. ASCAIR avec ses armes (jeu long, un peu de vice dans les duels) a remporté la mise.

Concernant les prestations individuelles, elles se sont situées loin des standards du niveau requis en DH. Manque de précisions dans les transmissions, défaillances dans le combat athlétique et déchets dans les rares occasions expliquent le résultat concédé.
Il faut se remettre de suite en question. Samedi prochain, nous accueillons le champion de France. Il faudra montrer un autre visage ; un visage plus conquérant pour espérer rivaliser.

Bon dimanche. A mardi

0 comments on “Le remake de l’an passé. En pire…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :